Me contacter

LINGUISTIQUE ? Au secours !  En voici pourtant, de la facile:


 1/ AUCUNE RèGLE de la langue française n'oblige à parler au masculin seul quand il s'agit d'un groupe d'hommes et de femmes, si ce n'est LA PARESSE. (Ou la peur?)


Dix, vingt, cent, mille étudiantes et étudiants sont clairement représentés. Dix, vingt, cent, mille étudiants sont-ils seulement de jeunes gars à la fac, ou non ? Les étudiantes: "sous-entendues" ? ça commence à bien faire, les "dessous". "SOUS": au sens propre, marque ce qui est en bas par rapport à ce qui est en haut. "SOUS": au sens figuré, marque un rapport de subordination et de dépendance. 


 2/ LA RèGLE de la langue française, c'est l'EMPLOI DU MASCULIN POUR PARLER DES HOMMES, c'est l'EMPLOI DU FéMININ POUR PARLER DES FEMMES. Une directrice c'est une femme, un directeur c'est d'abord un homme.


Simple ! Et pourtant des océans d'encre ont coulé racontant mille insanités (trouvez vite un mot plus courant et plus familier pour "insanités", et qui commence par c...). Pourquoi ? Ah! ça, les raisons, elles existent, et je les ai trouvées.


Comment parlons-nous des gens en français ? Embarquons-nous dans la saga du masculin et du féminin français, où les aventures du féminin sont étonnantes. Mais le masculin n'est pas en reste !


                                     Bonne navigation ! Choisissez pour commencer les articles à une plume.

Actualité:
20/10/2016 -

Anne-Marie Houdebine est morte... Une éveilleuse de consciences, une défenseuse de la langue française étouffée par la pesanteur d'un masculin se voulant exclusif des femmes. Toutes celles et ceux qui l'ont connue n'oublieront pas son implication passionnée mais étayée par une recherche scientifique résolue, constante. Je ne l'oublierai pas défendant ma thèse, organisant les enquêtes de la Commission de Terminologie d'Yvette Roudy, exposant sans relâche ses conceptions à travers les congrès, rencontres et colloques ou j'ai eu la chance de la rencontrer. Ses idées survivront car toutes les étudiantes et étudiants qu'elle a formés sauront les développer et les répandre.



27/08/2015 -

Info de France Info sur News Google aujourd'hui: "Des robots qui apprennent à cuisiner comme les humains". Pourquoi pas "Des robots qui apprennent à cuisiner comme des hommes" ?Tout le monde assure que "les hommes", c'est l'humanité et que les "Droits de l'Homme" embrassent ceux des femmes, non ? Je laisse aux sociologues et autres analystes de stéréotypes l'étude de l'association "hommes/cuisine" (les hommes à la cuisine domestique, celle de tous les jours? ciel!) et je renvoie pour le sens de "homme" à mon "Homme en général" à moi dans "LE SEXISME ORDINAIRE DU LANGAGE" édité par l'Harmattan et vendu par la Fnac, Amazon et partout. Bonne journée!



18/02/2015 -

Enfin ça y est! Mon "Homme" est paru aux éditions L'Harmattan. Sous le titre de "Le sexisme ordinaire du langage - Qu'est l'homme en général?" C'est le bilan de tout ce que contiennent mes pages "Articles" et "Bibliographie" ci-dessus, je peux dire que la base en est solide: 30 ans de travail. Il est tout à fait dans la note de ce qui se dira le prochain 8 mars journée de la femme, à la différence qu'il ne s'agit pas d'une opinion ou d'une thèse, mais de la somme d'innombrables constatations concrètes au fil des centaines de textes que j'ai analysés.


Messieurs, ne vous inqiétez pas, vous n'êtes pas détestés: au contraire!



08/01/2015 -

Charlie-Hebdo: c'est d'autant plus vite que la rédaction de la loi française doit inscrire les femmes en toutes lettres, des Présidentes de la République, des premières Ministres, des députées, des électrices, des Français et des Françaises, et non pas les masquer sous le voile d'un masculin vague utilisable par tout régime quel qu'il soit, et en premier lieu les régimes politiques traitant les femmes en inférieures. La France s'honorera en marquant explicitement son sens de l'égalité et de la parité des hommes et des femmes en rendant les femmes visibles tout au long de ses grands textes officiels.



02/03/2014 -

Oui, trois fois oui, enfin une entreprise qui atteint les racines de la dépréciation mentale des femmes. Bravo au CNDP, au Ministère de l'Education Nationale et au Ministère des Droits des Femmes pour la promulgation de leur ABCD de l'Egalité. Des exemples d'exercices pédagogiques faisant appel à toutes les sciences humaines, des mises en perspective systématiques des pratiques et des modes. Et un langage où le dédoublement masculin/féminin: "enseignantes ou enseignants", "formateurs et formatrices" ou autres, sans excès répétitifs, n'effarouche personne dans sa clarté et sa simplicité. L'attention la plus grande doit porter là-dessus: tant que le langage usuel continuera à véhiculer la domination du masculin, la représentation mentale immédiate entraînera la dévaluation de celles qui ne sont pas nommées, les femmes. 



-

-

-

-

-

© Copyright Edwige Khaznadar